Commémorer Nyerere, célébrer Magufuli en Tanzanie

Marie-Aude FOUÉRÉ, « Commémorer Julius Nyerere, célébrer John Magufuli : Chanter la louange politique en Tanzanie », Mambo! Vol. XVI (11), 2019.

Nyerere Day, 14 octobre

En Tanzanie, le 14 octobre 2019 a commémoré le vingtième anniversaire du décès du premier président du pays, Julius Nyerere. Depuis 1999, chaque 14 octobre, devenu un jour férié (le “Nyerere Day”), est l’occasion de célébrer celui qui a le statut de père de la nation (baba wa taifa)[1]. Mais 2019 a la particularité d’associer un chiffre rond, vingt ans, à un enjeu de réélection pour le président actuel de Tanzanie, John Magufuli, qui, élu en octobre 2015, se présentera pour un second mandat dans un an exactement. Les vingtièmes commémorations du décès de Nyerere fonctionnent pour le pouvoir en place comme une campagne électorale précoce, l’occasion de faire le bilan des quatre années au pouvoir et d’esquisser les promesses du mandat à venir. Elles réactivent plus largement des pratiques classiques de célébration de la figure du chef qui ont pris une ampleur considérable depuis l’accession de Magufuli au pouvoir. L’association entre Nyerere et Magufuli est sans détour : Magufuli serait en train d’accomplir, comme il le déclare lui-même, tout un ensemble de chantiers initiés par Nyerere mais qui n’avaient pas tous pu être réalisés. Ces chantiers concernent principalement les infrastructures du pays, dans le cadre d’un nouveau capitalisme développementaliste qui caractérise l’ensemble des pays d’Afrique de l’Est[2]. Ils renvoient également aux efforts de redressement moral de la classe politique, puisque les attaques contre la grande corruption sont récurrentes depuis l’arrivée de Magufuli au pouvoir. Il avait débuté son mandat tambour battant par le licenciement de ministres et agents de l’État. Depuis, Magufuli « le bulldozer » (tinga tinga en swahili) – surnom donné pendant la campagne électorale de 2015, à la fois parce qu’il était alors ministre des Travaux, des Transports et des Communications, et parce qu’il avait gagné la réputation d’être tenace et inébranlable – nettoie, construit, modernise, développe. Il se présente comme l’héritier de Nyerere et des temps austères et disciplinés du socialisme Ujamaa, dans une Tanzanie du début du XXIe siècle où il promet de faire régner une éthique du travail propre à soutenir l’action[3]. « Hapa kazi tu! » répétait Magufuli lors de sa campagne en 2015, « Ici, on travaille ! », faisant ainsi écho au slogan du parti de la TANU[4] ayant mené à l’indépendance le pays, alors encore Tanganyika, ainsi qu’au langage politique de l’effort collectif pour le développement pendant toute l’ère nyérériste, jusqu’en 1985, année du départ du pouvoir de Nyerere.

Dispositif médiatique commémoratif

Les médias ne s’y trompent pas, qui ont chanté la gloire de Nyerere et de Magufuli pendant toute la période des commémorations appelées diversement les « Vingt ans du souvenir de Mwalimu[5] J.K. Nyerere » (Miaka 20 ya Kumbukizi ya Mwalimu J.K. Nyerere) (Photo 1), « 20 ans sans Nyerere » ou « 20 ans sans notre père de la nation » (Miaka 20 bila Nyerere ; Miaka 20 bila Baba wa Taifa) (Photo 2). Suivant un schème classique de légitimation politique et de conquête du vote, c’est-à-dire de recherche hégémonique, les usages du passé par les médias tanzaniens ont arrimé le passé aux préoccupations du présent. D’anciens discours de Nyerere ont été rediffusés, permettant d’entendre la voix de l’ancien président et son style oratoire bien connu des Tanzaniens. Des images d’archives de certains épisodes historiques de l’histoire de la Tanzanie ont été montrées, permettant de revoir par exemple des moments clés de l’accession à l’indépendance du Tanganyika en 1961 ou de la guerre dite de Kagera entre l’Ouganda et la Tanzanie à la fin des années 1970, deux moments forts du grand roman national. Des émissions comme « Kalamu ya Mwalimu » (La plume de Nyerere) consistaient à lire des morceaux choisis des écrits politiques de Nyerere, l’ancien président ayant fait paraître plusieurs essais éminents de philosophie politique qui expliquaient les fondements du socialisme africain Ujamaa et ses modalités d’application[6].

Photo 1 : Logo et slogan de l’anniversaire des vingt ans du décès de Nyerere sur TBC One
Photo 2 : Logo et slogan de l’anniversaire des vingt ans du décès de Nyerere sur Channel 10

Ce court essai s’arrêtera spécifiquement sur le cas de la louange chantée dans les médias, analysant un clip musical à la gloire de Nyerere mais également à la gloire de Magufuli, passé en boucle à la télévision pendant la semaine qui précédait les célébrations du 14 octobre. Ce clip sera décrypté en tant que discours articulant images et mots pour produire des significations lisibles par les téléspectateurs, puis replacé dans le contexte commémoratif de ce mois d’octobre 2019 pour comprendre comment il participe d’un dispositif médiatique efficace – comme cela va être montré – pour construire une équivalence entre Nyerere et Magufuli et produire des représentations univoques du régime actuel. La louange chantée sera aussi comprise dans le rapport qu’elle entretient avec un contexte plus large de resserrement autoritaire depuis l’arrivée de Magufuli au pouvoir et de verrouillage des canaux de la critique à son encontre.

La louange et la critique en chanson

La Tanzanie a une longue histoire d’usage politique de la musique chantée, soit pour célébrer les pouvoirs en place, soit pour les contester ou leur rappeler leurs responsabilités, de façon voilée ou plus directe. Sous la colonisation, les pouvoirs coloniaux ont été objet de critique par les paysans et travailleurs, comme l’a montré Frank Gunderson pour les travailleurs des plantations sukuma[7]. Susan Geiger a mis en lumière combien les femmes tanzaniennes ont participé à la mobilisation populaire pour la lutte anticoloniale dans les années 1950, particulièrement en faveur de la TANU, en ayant recours aux ngoma (danses traditionnelles) et autres performances musicales et dansées. Kelly Askew a analysé l’usage de la musique swahili taarab (poésie chantée), typique de la côte d’Afrique de l’Est, pour diffuser mais aussi critiquer le socialisme Ujamaa[8]. Dans le genre du jazz tanzanien (dansi), mélange de rumba et de jazz, le célèbre Morogoro Jazz Band et son chanteur Mbaraka Mwinshehe ont également chanté les éloges du pouvoir jusqu’à la fin des années 1970. Les arts, de manière générale, ont joué un rôle important dans la mobilisation politique au moment de la lutte pour l’indépendance, mais également dans la construction de la nation pendant la période du socialisme et après – incluant le théâtre, les parades, les sketches comiques, les acrobaties[9]. Les analyses des usages politiques de la musique en Tanzanie ont plus récemment porté sur le rap et le hip-hop, que la catégorie générique de bongo flava regroupe. Malgré sa naissance dans des milieux bourgeois peu contestataires et portés à chanter l’amour ou l’ascension sociale, ce genre a pris un tour critique envers le pouvoir bien qu’il continue malgré tout à engendrer des griots du régime en place, comme le montre le cas du chanteur Harmonize, auteur du récent morceau intitulé « Magufuli » célébrant le président actuel. Le morceau débute par ces paroles : « I wish ningemwona Magufuli nipige magoti nimpongeze hadharani » (« Si seulement je rencontrais Magufuli je me mettrais à genoux pour le féliciter publiquement »). Il se poursuit en encensant le président, félicité pour les infrastructures modernes qu’il réalise dans le pays depuis son accession au pouvoir[10].

De Nyerere à Magufuli

Si les chants qui prennent Nyerere pour thème central n’ont pas fait l’objet d’une collecte et d’une analyse systématique jusqu’à présent, Kelly Askew a pour sa part mis en lumière l’apparition de chants de lamentations, appelés nyimbo za maombolezo, à partir de l’année du décès de Nyerere à la fin 1999, qui « pleurent sa disparition et font le bilan de sa contribution à la nation »[11]. Le fameux groupe de musique TOT (Tanzania One Theatre), proche du pouvoir, a ainsi sorti en 1999 trois chansons dédiées à Nyerere. Selon Felicitas Becker, ces compositions avaient été préparées avant son décès et étaient disponibles à l’achat quelques heures seulement après l’annonce de celui-ci[12]. De même, une des chansons du célèbre musicien tanzanien Remmy Ongala[13] passait en boucle pendant toute la période de deuil national. Tous ces morceaux s’entendaient à la radio ou se regardaient à la télévision sous la forme de clips musicaux. Ils ont aussi été et sont encore  diffusés au moment des commémorations d’octobre dans des lieux de mémoire consacrés à Nyerere et mis en place par l’État, comme par exemple au musée Nyerere installé dans son village natal de Butiama. Lors de ma visite dans ce musée en 2011, une télévision avec magnétoscope placée dans le hall d’entrée du musée diffusait les chants qu’évoque Félicitas pour l’année 1999, comme « Buriani Mwalimu » (Repose en paix, Mwalimu) de TOT ou le clip de Remmy Ongala que des gros plans de caméra montrent en pleurs, assis à même le sol et grimaçant de peine. En tant que chants de lamentation, ils portaient uniquement sur la figure de Nyerere, célébrant ses qualités personnelles et ses accomplissements pour la nation tanzanienne, et pleurant sa perte pour les Tanzaniens. Ceci fait écho aux nombreuses scènes filmées lors des funérailles de Nyerere où apparaissaient des individus en pleurs ainsi qu’à des témoignages oraux recueillis dans les années qui ont suivi. Ainsi une femme interrogée à Butiama le 14 octobre 2011 a affirmé: « Même à l’enterrement de mon propre père, je n’ai pas autant pleuré. » Vingt ans plus tard, en 2019, on constate cependant une nouveauté dans le contenu des chants, puisque plusieurs des clips musicaux passant sur les chaînes nationales à l’occasion de l’anniversaire du décès de Nyerere commémorent certes classiquement l’ancien président en tant que fondateur et père de la nation, mais célèbrent désormais en même temps le président en place, John Magufuli.

Patriotes de la nation

« Mzalendo wa kweli » (« Un vrai patriote ») du CCP Police Jazz Band Super Kwata[14], qui relève du genre dansi, peut être sélectionné pour l’analyse car c’est un morceau qui passait en boucle plusieurs jours avant les célébrations du 14 octobre 2019 sur les chaînes TBC One, la télévision publique, et ITV, chaîne privée proche de la ligne gouvernementale. Il s’agit ici de décrypter les paroles chantées et les options visuelles choisies pour mettre en lumière la comparaison, voire l’équivalence, établies entre la figure de Nyerere et celle de Magufuli.

Cette composition débute avec des paroles élogieuses à l’endroit de Nyerere, très habituelles dans le genre des chants de lamentations ou de louanges qui lui sont consacrés :

Mhasisi wa Taifa letu, Nyerere
Baba wa Taifa, mwanamapinduzi
Shujaa aliyeleta uhuru wa nchi
Nyerere, Tanzania inakukumbuka

Le fondateur de notre Nation, Nyerere
Père de la Nation, révolutionnaire
Héros qui a fait advenir l’indépendance du pays
Nyerere, la Tanzanie se souvient de toi

Après quelques autres vers qui exaltent les vertus de Nyerere, la composition se tourne vers la figure du président actuel, ceci dès 2 mn 23 sur un morceau comptant un total de 9 mn 25 :

Ingewezekana ningemwomba Mwenyezi Mungu ayafungue macho yako, Mwalimu, japo kwa sekunde chache, uone Tanzania mpya ya John Pombe Maguguli inavyozidi na kutekeleza, Mwalimu, fikra zako

Si c’était possible, je demanderais à Dieu Tout-Puissant qu’il rouvre tes yeux, Mwalimu, ne serait-ce que quelques secondes, que tu voies la nouvelle Tanzanie de John Pombe Maguguli et combien elle relance et réalise tes idées, Mwalimu

Le parallèle entre Nyerere et Magufuli se resserre à mesure que le morceau progresse ; il est dressé de façon directe dans le refrain qui insiste sur le patriotisme des deux présidents, thème central du roman national tanzanien :

Chanteur : Mzalendo, mzalendo, mzalendo Nyerere
Mzalendo we, mzalendo wa kweli

Chœur : Mzalendo, mzalendo, mzalendo Nyerere
Mzalendo we, mzalendo wa kweli

Chanteur : Mzalendo, mzalendo rais Magufuli
Mzee[15] wa kazi, mzalendo wa kweli

Chœur : Mzalendo, mzalendo rais Magufuli
Mzalendo we, mzalendo wa kweli

Chanteur : Patriote, patriote, patriote Nyerere
Toi le patriote, le vrai patriote
Chœur : Patriote, patriote, patriote Nyerere
Toi le patriote, le vrai patriote
Chanteur : Patriote, patriote président Magufuli
L’honorable travailleur, le vrai patriote
Chœur : Patriote, patriote président Magufuli
Toi le patriote, le vrai patriote

La seconde moitié du morceau du CCP Police Jazz Band Super Kwata liste un ensemble de mesures prises par le régime depuis 2015 qui réalisent les trois grands objectifs que Nyerere s’était donnés pour la nouvelle nation tanzanienne à construire, à savoir la lutte contre l’ignorance (ujinga), la maladie (maradhi) et la pauvreté (umaskini), devenu mot d’ordre bien connu des Tanzaniens. Il fait valoir la mise en place, sous Magufuli, d’un enseignement gratuit, l’amélioration du système de soins et la réduction de la pauvreté grâce à une économie dynamique. Le récent déplacement des ministères et autres institutions gouvernementales dans la ville que Nyerere avait choisie pour capitale, Dodoma, au centre du pays, en lieu et place de la capitale coloniale, Dar es Salaam, située sur la côte, et qui n’avait jamais été pleinement réalisé, est également louée : « Ulitaka makao makuu ya nchi yawe Dodoma, awamu ya tano[16] inatekeleza » (Tu voulais que le siège du pays soit à Dodoma, la présidence actuelle l’a fait)[17].

Visuellement ce clip filme surtout des plans sur les membres du groupe musical, chantant en cœur ou en solo, habillés tantôt en uniforme de la police, tantôt en habits de scène. Le refrain s’accompagne de scènes qui recourent à un portrait bien connu de Nyerere (une photo encadrée en noir et blanc qui le montre souriant), que l’un des chanteurs désigne avec respect d’un geste de la main voire prend affectueusement dans les bras (Photo 3). Les références à la réalisation par Magufuli de la lutte contre l’ignorance, la maladie et la pauvreté sont distillées par des images d’élèves joyeux dans une cour d’école, d’appareils IRM dans des hôpitaux modernes (Photo 4), de grues sur des chantiers de constructions de routes et de la nouvelle ligne de trains rapides. Magufuli en personne figure sept fois dans le clip, soit dans des scènes de la vie politique (par exemple, en réunion), soit dans des moments plus informels, comme lors d’une visite à la veuve de l’ancien président, Maria Nyerere, à l’époque très médiatisée.

Photo 3 : CCP Police Jazz Band Super Kwata avec le portrait de Nyerere dans «Mzalendo wa kweli»
Photo 4 : Image d’un appareil IRM dans « Mzalendo wa kweli » de CCP Police Jazz Band Super Kwata

L’architecte et le bâtisseur

Le cas du morceau « Mzalendo wa kweli » du CCP Police Jazz Band Super Kwata est un bon exemple du parallèle qui est dressé entre Nyerere et Magufuli, ceci dès les débuts de la présidence de ce dernier, comme cela a été remarqué par certains analystes, et de manière très accentuée pendant ce vingtième anniversaire de la disparition de Nyerere, comme je l’ai constaté en ce mois d’octobre 2019. Ce titre n’est qu’un élément parmi d’autres prenant place dans une configuration bien plus large de glorification du président actuel, processus classique de légitimation politique et de personnalisation du pouvoir[18]. Il comprend la sphère musicale, d’autres groupes ayant également sorti en 2019 des titres honorant Nyerere et l’associant à Magufuli. Ainsi, un clip passait également en boucle au mois d’octobre sur TBC One et ITV, « Kumbukumbu ya Mwalimu » (Souvenir de Nyerere), du chanteur de bongo flava Pongwa Star[19].

Ce titre ne cite pas nommément Magufuli ni les accomplissements récents en termes d’infrastructures – relevant donc plus classiquement du genre de chant de louange – mais il associe manifestement Nyerere et Magufuli par l’image. Il débute ainsi par un gros plan sur un portrait peint de Nyerere. Quelques secondes plus tard, ce même portrait revient en premier plan et laisse apparaître, en arrière-plan, un portrait peint de Magufuli, le chanteur étant assis entre les deux (Photo 5). L’association visuelle entre les deux présidents est quasi immédiate. Un troisième plan laisse ensuite voir plus distinctement les deux portraits et, au milieu, celui de l’ancien président Jakaya Kiwete, dont on rappelle combien il avait également misé sur la figure de Nyerere pour gagner en légitimité pendant ses deux mandats au pouvoir (2005-2015) (Photo 6). Autre exemple de clip, enfin, celui de la Kwaya ya Chuo Utumishi wa Umma Tanzania (chorale des fonctionnaires de Tanzanie), où se succèdent des photomontages des chanteuses et des chanteurs devant des grues et des pelleteuses ou dans le nouveau terminal de l’aéroport international de Dar es Salaam (Photo 6).

Photo 5 : Le portrait de Nyerere en avant-plan et celui de Magufuli en arrière-plan, avec le chanteur Pongwe Star, dans « Kumbukumbu ya Mwalimu »
Photo 6 : Les portraits peints de Nyerere, Kikwete et Magufuli, de gauche à droite, dans « Kumbukumbu ya Mwalimu » de Pongwe Star
Photo 7 : Clip de la Kwaya ya Chuo Utumishi wa Umma Tanzania montrant le photomontage d’un chanteur placé en avant-plan sur une photo de chantiers de construction de route

Ces clips ont ceci d’intéressant que le récit politique qu’ils énoncent correspond parfaitement à celui d’autres supports médiatiques utilisés en cette période de commémorations. On a vu par exemple, pendant plusieurs jours, des reportages dans les  journaux télévisés du 20 heures qui, pendant plusieurs jours, commençaient par louer Nyerere avant de féliciter Magufuli pour les transformations du pays puis de cibler le propos sur une ou plusieurs réalisations en cours : écoles, hôpitaux, routes, nouveau terminal à l’aéroport de Dar es Salaam, relance de la compagnie nationale Air Tanzania, électrification de telle région du pays, nouveau barrage hydroélectrique sur la rivière Rufiji (appelé le Nyerere Hydropower Dam – rappelant cette caricature du dessinateur Nathan Mpangala d’il y a 14 ans, paru le 14 octobre 2005, se moquant de la récurrence de l’usage du nom de Nyerere pour baptiser les rues, les magasins, les bâtiments[20]…) ou encore transfert du gouvernement à Dodoma. Des micros-trottoirs soulignaient aussi combien les citoyens ordinaires associent Nyerere et Magufuli. Enfin, des bandes-annonces du gouvernement étaient également diffusées pendant ces journées commémoratives, placées entre deux émissions, sur TBC One mais également sur des chaînes privées comme Channel 10, pour faire valoir la politique actuelle des grands chantiers et mettre en exergue combien le président Magufuli est un président d’action (Photo 8). Les louanges chantées étudiées plus haut, les reportages télévisés reprennent donc très manifestement les slogans d’État.

Photo 8 : Bande-annonce gouvernementale : « Nous mettons en œuvre – 2019 », avec la photo en cap de John Magufuli en arrière-fond et le médaillon du portrait de Nyerere en haut à gauche, sur Channel 10

La presse n’était pas en reste dans ces éloges à Nyerere et Magufuli. Des articles rapportaient les paroles de citoyens affirmant par exemple : « Nous voyons Nyerere au fond des yeux de Magufuli » (« Tuamuona Nyerere kwenye macho ya Magufuli » – Wazee Katavi, Jamvi la Habari, 14 octobre 2019). L’éditorial du 14 octobre 2019 de The Guardian, proche du pouvoir, applaudissait Magufuli pour avoir transféré la capitale du pays à Dodoma (« Nyerere Day: President Magufuli’s moving to Dodoma is a fitting commemoration »). Le journal du parti au pouvoir, Uhuru ya kijani, titrait quant à lui le 14 octobre 2019, dans un numéro spécial sur papier glacé : « Comment JPM[21] réalise les rêves de Nyerere » (« JMP anavyotimiza ndoto za Nyerere »). Et le jour suivant, après les grandes commémorations officielles du 14 octobre qui se tenaient dans la ville côtière de Lindi, les journaux titraient sur les promesses faites ce jour-là par le président Magufuli. Le Daily News a repris les paroles du président sur la lutte contre la pauvreté, la maladie et l’ignorance (« We’ll foster Nyerere’s ideals… JPM reiterates and praises successive governments for addressing poverty, diseases and ignorance », 15-21 octobre 2019), tandis que Mtanzania, aux mains du gouvernement, soulignait que Magufuli allait accomplir les rêves de Nyerere (« JPM : Ninatimiza ndoto za Nyerere », Mtanzania, 15 octobre 2019). Tous les supports médiatiques dessinent ainsi, par la répétition d’un même schème, une configuration commémorative de la double louange où Nyerere est représenté comme l’architecte de la nation tanzanienne, Magufuli comme son bâtisseur, fidèle aux plans laissés par son éminent prédécesseur.

Photo 9 : Grand titre du journal du parti au pouvoir, Uhuru ya kijani, le 14 octobre 2019 : « Comment JPM réalise les rêves de Nyerere », figurant Nyerere à gauche et Magufuli à droite

Conclusion

Ce tour d’horizon d’une circulation médiatique est loin de permettre de répondre à la question complexe de l’usage de la culture et des symboles à des fins de recherche hégémonique, surtout lorsqu’il s’agit de s’interroger sur leurs effets réels, tant ces effets varient selon les dispositions de ceux qui y sont exposés ainsi que la situation locale d’exposition et son contexte élargi. Ainsi, Abdullah, quinquagénaire sarcastique toujours prêt à clouer au pilori le parti CCM, s’écrie, écoutant avec moi le discours de John Magufuli du 14 octobre qui rappelle les trois mots d’ordre de Nyerere (la lutte contre l’ignorance, la maladie et la pauvreté) : « Mais ce sont les politiciens du CCM qui sont ignorants, malades et pauvres ! » Cet essai peut uniquement être utile pour ébaucher des premières approximations et hypothèses sur l’existence de stratégies conscientes et calculées, mais aussi sur la part des habitudes de pensées, dispositions incorporées qui se réactivent chez ceux dont les positions tenues et à maintenir ou à acquérir bénéficient de cette réactivation, ceci dans un espace social contraint par un resserrement autoritaire qui sanctionne négativement ceux qui ne jouent pas le jeu – autant pour les acteurs du champ politique que médiatique. Les médias ont largement pâti de ce raidissement du régime depuis de nombreux mois, plusieurs titres de presse critiques ayant été interdits, et des rédacteurs en chef et des journalistes mis sous les verrous et forcés à répondre d’accusations exagérées ou vraisemblablement montées de toutes pièces[22]. Aux musiciens qui optent pour chanter les louanges du pouvoir en place, les rétributions fonctionnent sur le mode de la cooptation politique. Le très célèbre chanteur de bongo flava, Professor Jay, avait ainsi obtenu un siège de député du parti au pouvoir pour la circonscription de Mikumi. C’est désormais au tour de Harmonize – invité pour animer les journées de commémoration du vingtième anniversaire du décès de Nyerere à Lindi où il a chanté son « Magufuli » a capella devant le président et son parterre d’invités – de bénéficier des largesses du pouvoir en place. La presse annonce, quelques jours plus tard, que ses chansons ont « touché le cœur du président Magufuli »[23] et lui valent l’autorisation du président de se présenter comme député CCM aux prochaines élections d’octobre 2020.


Notes

[1] Marie-Aude Fouéré (ed.), 2015, Remembering Julius Nyerere : History, Memory, Legacy, Dar es Salaam : Mkuki na Nyota.

[2] Marie-Aude Fouéré & Hervé Maupeu, 2015, « Une nouvelle Afrique de l’Est ? Introduction thématique », Afrique contemporaine, 253, p. 107-13. Selon le FMI, la Tanzanie a connu une croissance 5,8 % en 2018, estimée à 6 % pour 2019.

[3] Marie-Aude Fouéré & Cyrielle Maingraud-Martinaud, 2015, « Une hégémonie compétitive contre vents et marées : les élections générales de 2015 en Tanzanie et à Zanzibar », Politique africaine, 140, 4, p. 145-63.

[4] La Tanganyikan African National Union, en tant que parti politique, est née le 7 juillet 1954, faisant suite à la Tanganyikan African Association (TAA), grand mouvement de mobilisation pour la lutte anticoloniale.

[5] Le surnom de Julius Kambarage Nyerere était « Mwalimu », l’enseignant, parce que Nyerere avait effectivement été enseignant, avant de devoir choisir entre l’enseignement et la politique au moment de la lutte pour l’indépendance. Son grand didactisme lorsqu’il s’adressait publiquement aux Tanzaniens pour expliquer les directions choisies pour le pays explique également ce surnom, qui est à la fois respectueux et affectueux.

[6] Sur la philosophie politique de Nyerere, voir par exemple Viktoria Stöger-Eising, « ‘Ujamaa’ Revisited: Indigenous and European Influences in Nyerere’s Social and Political Thought », Africa, 70, 1, 2000, p. 118-43.

[7] Frank Gunderson, 2010, Sukuma Labor Songs from Western Tanzania, Leiden, Boston : Brill ; voir notamment le chapitre XI, « Songs of Nationalist Praise for TANU, Julius Nyerere, and Uhuru ».

[8] Kelly Askew, 2002, Performing the Nation : Swahili Music and Cultural Politics in Tanzania, Chicago : University of Chicago Press ; Susan Geiger, 1997, TANU Women: Gender and Culture in the Making of Tanganyikan Nationalism, 1955-65, Portsmouth (NH) : Heinemann, 1997.

[9] Kelly Askew, 2005, « Jack-of-allArts or Ustadhi ? The Poetics of Cultural Production in Tanzania », in Gregory Maddox and James Giblin, In Search of a Nation : Histories of Authority and Dissidence in Tanzania, Oxford : James Currey ; Laura Edmondson, 2007, Performance and Politics in Tanzania. The Nation on Stage. Bloomington-Indianapolis : Indiana University Press.

[10] https://www.youtube.com/watch?v=FrAZ5Lzf5AU

[11] Kelly M. Askew, 2006. « Sung and Unsung : Musical Reflections on Tanzania Postsocialisms », Africa, 76, 1 : 15-43. L’auteure a collecté 103 chants qu’elle étudie selon une analyse de discours qui extrait les thèmes les plus fréquents sur la base des mots du vocabulaire (voir notamment son tableau à la page 33 qui fournit les pourcentages de fréquence de termes comme Dieu (70 %), paix (45 %), unité (38 %), etc.).

[12]  Voir F. Becker, « Remembering Nyerere : Political Rhetoric and Dissent in Contemporary Tanzania », African Affairs, vol. 112, n°447, 2013, p. 238-261. L’auteure y retranscrit et traduit les paroles de « Buriani Mwalimu » (Repose en paix, Mwalimu) de TOT (p. 244).

[13] En 1996, trois ans avant le décès de Nyerere, Ongala avait toutefois sorti le titre « Nyerere », dans lequel il pointait du doigt l’ancien président pour certaines décisions politiques maladroites. Voir Aaron Louis Rosenberg, 2019, « Zairo-Congolese Musicians and the Sound of Assimilation in East Africa », in Uche T. Onyebadi, Music and Messaging in the African Political Arena, Hershey (PA) : IGI Global : 201-220 ; sur Ongala, voir également Sean Hilhorst, 2009 « Remmy Ongala : Capitalist transition and popular music in Tanzania 1979-2002 », Journal of African Cultural Studies, 21, 2 : 105-126 ; Graebner, Werner, 1997, « Whose Music ? The Songs of Remmy Ongala and the Orchestra Super Matimila », in Karin Barber (ed.), Readings in African Popular Culture, Bloomington : Indiana University Press, p. 110-117.

[14] https://www.youtube.com/watch?v=lnF7fmBG8U0

[15] Mzee est une adresse respectueuse utilisée dans le monde swahiliphone, littéralement traduite par « le vieux », qui contient l’idée de la détention d’une sagesse accumulée grâce au nombre des années.

[16] Awamu wa tano signifie « la cinquième période (présidentielle) ». Les présidences tanzaniennes sont numérotées dans l’ordre de leur succession : la première est celle de Nyerere (1961-1985), suivie de celle de Ali Hassan Mwinyi (1985-1995), de Benjamin Mkapa (1995-2005), de Jakaya Kikwete (2005-2015), et enfin de John Magufuli (depuis 2015). Depuis Ali Hassan Mwinyi, chaque président est resté dix ans au pouvoir, ce correspond à deux mandats présidentiels de cinq ans pour chacun.

[17] Le thème du changement de la capitale de Dar es Salaam à Dodoma mis en chanson n’est pas si nouveau, comme le montre par exemple le titre « Makao Makuu Dodoma » (La capitale à Dodoma) de Mbaraka Mwinshehe : https://www.youtube.com/watch?v=9bW3KtdRA68

[18] Marie-Aude Fouéré et Hélène Charton, 2013, numéro spécial « Héros nationaux et pères de la nation en Afrique », numéro spécial de Vingtième Siècle, 118, 2 – voir l’introduction.

[19] https://www.youtube.com/watch?v=gA9FeVxzfcE

[20] Marie-Aude Fouéré, 2011, «La nation tanzanienne à l’épreuve du postsocialisme», Politique africaine, 121, p. 69-85, avec la caricature reproduite à la page 70.

[21] JPM sont les initiales du président John Pombe Magufuli.

[22] Voir par exemple sur le blog African Arguments l’analyse « Tanzania: Everyone is Scared » (2 mars 2018) (https://africanarguments.org/2018/03/02/tanzania-everyone-is-scared [archive]). Lire également la note critique de Nick Westcott sur la dérive autoritaire du régime : « Tanzania: Has President Magufuli forgottten Nyerere’s Lesson? » (22 août 2019) (https://africanarguments.org/2019/08/22/tanzania-magufuli-nyerere-forgotten-lessons/ [archive])

[23] News Moto, 21 octobre 2019 : https://www.newsmoto.co.ke/harmonize-endorsed-by-magufuli-to-run-for-mp/ [archive].


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.