Les rapports asymétriques de genre chez les pentecôtistes africains en Suisse          

Maxence COUCHE FRANQUET, “Les rapports asymétriques de genre chez les pentecôtistes africains en Suisse.” Mambo! Vol. XIX. (3), 2022.

Introduction

Dimanche 25 octobre 2020[1]. Sous les derniers rayons de soleils estivaux, j’arrive au Mont-sur-Lausanne afin de débuter mon terrain de recherche au sein de Carrefour pour Christ, une Église pentecôtiste africaine. Hésitation devant l’église : je ne sais comment m’introduire auprès de ses membres, les pasteurs ayant constamment laissé mes messages sans réponse. Finalement, c’est Françoise qui m’accueille et me présente au Pasteur Papy qui officie ce jour-là. Après une brève présentation, je suis invité à écouter le culte puis à présenter l’objet de mes recherches, ainsi que les raisons de mon intérêt spécifique pour Carrefour pour Christ. Dès les premiers cultes, un élément me surprend : l’absence de discours sur les rapports de genre aussi bien de la part de l’Apôtre Robinson que des deux autres pasteurs de l’Église, Papy et Koffi. C’est pourtant un thème central dans le pentecôtisme, notamment entre les époux, et les pasteurs vont jusqu’à à s’emparer de questions relatives à la sexualité lors de leurs prêches (Parsitau, Van Klinken 2018). Lorsque je visionne d’anciens cultes accessibles sur la chaîne YouTube de l’Église, je fais le même constat : aucun discours sur cette thématique[2]. Finalement, je m’entretiens avec l’Apôtre Robinson et les pasteurs Papy et Koffi qui m’expliquent privilégier d’autres sujets, mentionnant surtout «l’amour» des hommes et des femmes, pour reprendre leur terme. Selon les pasteurs, cet amour est intimement lié au fait d’avoir la foi, car celui qui n’aime pas Dieu ne peut réellement aimer l’autre. De cette façon, les pasteurs – et notamment Papy qui a la charge de cette thématique auprès des fidèles de l’Église – se concentrent sur la famille nucléaire chrétienne<[3].

Photographie 1 Des fidèles assistant au culte du 27 juillet 2020                  
Source : Carrefour pour Christ, « Dimanche 19 juillet 2020 en Sa présence », Album photos Facebook, 27 juillet 2020. https://www.facebook.com/media/set/?set=a.2441458019486975&type=3. Consulté le 26/07/2022.

L’Église n’en constitue pas moins un espace privilégié où les individus, en tant qu’agents actifs, participent à la (re)production des rapports de genre. En effet, cet espace – avec les discours qui le caractérisent et les pratiques qui s’y déploient – est un élément constitutif des rapports sociaux asymétriques fondés sur des différences perçues entre les sexes et une façon première, pour les fidèles, de signifier de tels rapports (Scott et Varikas 1988, 141). Pour les pentecôtistes, la conversion est considérée comme une renaissance : les fidèles sont «born again» et doivent respecter un ensemble de codes moraux et sociétaux. Parallèlement ils dénoncent les codes qu’ils considèrent comme les symboles d’une décadence de la société (Marshall, Corten 2001 ; Van Dijk 1992, 57). Ces codes s’invitent dans la sphère amoureuse, maritale et familiale des individus – avec la responsabilité de l’homme envers sa famille, la fidélité et l’amour réciproques de l’homme et de la femme, ainsi que la soumission féminine à l’homme (Hefner 1993 ; Mate 2002 ; Van Klinken 2011) –, faisant des Églises pentecôtistes non seulement «des réservoirs aux croyances et langages religieux, mais également [des espaces importants] pour les rôles et les relations de genre»[4] (Pasura 2010, 218). La soumission de l’épouse à son époux au sein du couple hétérosexuel marié, qui se réfère plus globalement au rôle que l’homme et la femme occupent au sein de la famille nucléaire, est un élément central des rapports asymétriques de genre. Puisque les pentecôtistes du Carrefour ont pour la plupart migré depuis différents pays africains ou sont issus de la seconde génération de migrants, cette problématique croise – et parfois entre en conflit avec – les normes relatives aux rapports de genre tels qu’elles ont été historiquement constituées en Suisse et telles qu’elles sont promues par l’État.

Dans cet article, nous nous intéressons à la question de la soumission féminine dans le couple pentecôtiste idéal promu au sein de Carrefour pour Christ. Pour cela, nous retraçons dans un premier temps l’origine de Carrefour pour Christ, intimement liée au parcours migratoire de son fondateur. Dans un second temps, nous revenons sur l’histoire des deux générations d’individus qui fréquentent l’Église. Nous analysons ensuite la vision de la soumission féminine en fonction de la génération de croyants considérée. Enfin, nous nous penchons sur les différentes manières dont les jeunes adultes réinterprètent les textes ou se servent de sources religieuses pour redéfinir (ou réaffirmer) la soumission féminine.

Le pentecôtisme africain en Suisse : histoire d’itinéraires migratoires

Le quatrième vague pentecôtiste apparaît au début des années 1980 de façon prédominante en Afrique et en Amérique du Sud face à une perte de vitesse du catholicisme et à une contestation grandissante de toutes les importations spirituelles et culturelles occidentales (Kalu 2008). Les Églises pentecôtistes-charismatiques, dites africaines, se démarquent par l’importance du lien que les pasteurs établissent entre la renaissance (born again) de l’individu et l’accès à la prospérité matérielle ainsi que par les rituels de guérison qu’ils opèrent (Corten et Mary 2000). En Suisse, l’essor du pentecôtisme africain résulte de trajectoires migratoires de personnes originaires de pays africains vers l’Europe et du faible intérêt porté par ces derniers aux Églises locales. En effet, le peu de «chaleur»[5] trouvé dans les Églises européennes incite les migrant-e-s subsaharien-ne-s à créer leurs Églises (Rey 2019, 24). Ainsi, après un premier échec de membres de la diaspora éthiopienne au début des années 1980 à réunir les différentes diasporas au sein d’une même Église, les individus se sont regroupés suivant des frontières non seulement linguistiques mais également nationales (Rey 2019). Dans ce cadre, les Congolais de République Démocratique du Congo (RDC), dont la diaspora est relativement établie en Romandie (Bagalwa-Mapatano 2005), sont parmi les premiers à fonder des Églises. Dans le même temps, des filiales d’Églises mères nigérianes et ghanéennes sont créées dans les grandes villes du pays (Rey 2019).

Photographie 2 Logo de Carrefour pour Christ   
Source : Site web de Carrefour pour Christ, « Accueil ». http://carrefourpourchrist.com/. Consulté le 26/07/2022

Originaire de RDC, l’Apôtre Robinson a fondé Carrefour pour Christ en 1993, quelques années après avoir reçu un appel divin lors d’une conférence avec le pasteur Lee Lacoss dans le canton de Berne[6]. Son discours repose sur la transformation spirituelle des fidèles, la délivrance et l’empowerment. Cette transformation s’opère par une plus grande proximité spirituelle des fidèles avec Dieu, qui sont emplis du Saint-Esprit et « parlent en langues » (Kalu 2008, 191-192). De plus, l’appel que l’Apôtre a reçu n’est ni le premier, ni le dernier. En effet, celui-ci affirme avoir reçu une première vision l’enjoignant à prendre la fonction de pasteur afin de transmettre la parole divine. Fils et petit-fils de pasteur, celui-ci se résout dans un premier temps à ne pas suivre les pas de ses aïeux. Ce n’est qu’après l’appel de Lee Lacoss que l’Apôtre Robinson décide de prêcher et de devenir pasteur.

Photographie 3 L’Apôtre Robinson pratiquant une délivrance auprès d’une fidèle.
Source : Maxence Couche-Franquet. Capture d’écran, « Témoignage de l’Apôtre Robinson », YouTube, 18 octobre 2011. https://www.youtube.com/watch?v=xNb8Smx0lfk. Consulté le 26/07/2022.

Le cercle d’influence de Carrefour pour Christ est relativement limité et regroupe environ 50 personnes chaque week-end, jusqu’à 200 pour les grands évènements. Ceux-ci sont majoritairement issus de la migration africaine de première génération, notamment de la RDC et du Togo. La longévité de l’Église a permis l’émergence d’une seconde génération de fidèles, qui sont les enfants de cette première génération. Leur contexte de socialisation est relativement différent de celui de leurs parents, ce qui peut entraîner des différences voir des conflits dans l’interprétation des textes et des discours religieux (Mossière 2016, 146). En effet, la conception des anciens s’ancre dans une socialisation effectuée au sein des sociétés de départ où la répartition sexuelle des tâches répond à un modèle patriarcal (Ndaya Tshiteku 2008, Toulabor 2012). Sans pour autant être déterministe, cet élément est particulièrement important dans la construction de l’identité personnelle. Les jeunes adultes du Carrefour ont, quant à eux, grandi en Suisse et ont donc développé familiarité et connaissance avec les différents modèles familiaux présents en Suisse, où la définition de famille englobe bien plus que la famille nucléaire (Ben Salah et al. 2017). Certes, en Suisse, la répartition des tâches domestiques est souvent inégale et les rapports de pouvoir asymétriques chez les couples hétérosexuels suisses depuis plusieurs générations, mais généralement bien moins que dans les pays d’origine des premiers migrants africains. Les jeunes adultes du Carrefour pour Christ sont donc soumis à un triple processus d’assimilation qui orientent leur définition et leur pratique des rapports de genre : les écrits religieux, le contexte suisse ainsi des pratiques et représentations culturelles héritées.2022.

Les générations du Carrefour et la soumission féminine : une vision complexe

La répartition sexuelle des tâches dans le couple constitue un élément important de l’étude des rapports de genre et des asymétries qui les caractérisent. Dans le pentecôtisme, les hommes sont considérés comme responsables du foyer (Burchardt 2019 ; Gabaitse 2020 ; Van Klinken 2011). Ces derniers doivent être fidèles à leurs épouses, s’impliquer davantage dans l’éducation des enfants et apporter de l’amour au sein de la famille (Burchardt 2019, 10-11, Maskens 2009, 336). De leur côté, les femmes sont considérées comme des aides pour leurs époux, sont vivement encouragées à se soumettre aux décisions prises par ceux-ci, et s’occupent des tâches domestiques (Mate 2002). Ces normes relèguent les femmes au sein de la sphère privée, à savoir le foyer dont elles ont la charge, tandis que les hommes sont responsables des décisions qui concernent la sphère publique (Deacon, Parsitau 2017). Et même au sein du foyer, les femmes sont tenues de se soumettre, selon la vision de certains pasteurs. Au Kenya par exemple, le pasteur David Owuor est connu pour ses discours négatifs sur les femmes. Il a fait parler de lui dans le cas d’un exorcisme pratiqué sur une femme qui refusait d’accomplir ses tâches ménagères, un refus supposément dû à une démence à soigner (Deacon, Parsitau 2017, 5). Ainsi, bien que les femmes disposent de certains pouvoirs au sein du foyer, celles-ci restent tout de même soumises aux décisions de leur mari.

Dans la Bible, l’Ephésien 5: 22 est un texte de référence utilisée au sein de l’Église pour promouvoir la soumission de la femme au chef de famille : «Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses». Ce devoir d’obéissance au mari est bien plus complexe qu’il n’y paraît à première vue, chaque individu interprétant à sa manière les rapports de pouvoir qui s’instaurent dans l’espace domestique. La conception rigoriste des rapports entre époux est particulièrement prononcée chez les anciens de l’Église. Maryline et Maman Isabelle, deux anciennes du Carrefour, soutiennent que la soumission féminine est un impératif dans le couple, affirmant même que « c’est un plaisir ». Pour Maman Isabelle, «l’homme c’est le chef, c’est le roi». Pour les Mamans[7], cette conception s’étend à tous les domaines au sein de la famille. Cependant, être le chef en toutes circonstances n’offrirait pas que des droits mais imposerait aussi des devoirs, à savoir être capable de souder la famille et d’en être responsable, notamment financièrement.

Chez les jeunes adultes de Carrefour, cette conception rigoriste ne prévaut plus. Les jeunes femmes interviewées affirment avoir beaucoup d’influence au sein de leur couple. Victoire déclare ainsi qu’il y existe deux formes de leadership : le leadership de position et le leadership d’influence. Selon elle, le leadership de position se définit comme la place symbolique qu’occupe l’homme dans la sphère publique, que l’on peut corréler à la notion de responsabilité qui est prégnante dans le récit narratif pentecôtiste (Van Klinken 2011). Victoire définit le leadership d’influence comme la position réelle qu’occupe la femme au sein du foyer et les pouvoirs qui l’accompagnent. Dans ce cadre, l’homme a tout intérêt à écouter sa femme avant de prendre une décision (Mate 2002, 554). Un interlocuteur masculin, Mathieu, dit conserver son statut de chef dans l’espace public mais, une fois dans la sphère privée, il déclare que «c’est plus elle (son épouse) la cheffe».

La question de la soumission féminine au chef de famille fait donc débat entre les deux générations de Carrefour pour Christ. Cet élément est révélateur des parcours migratoires et des transformations des pratiques des individus de façon générale. Dans son étude sur le Québec, Mossière (2016) montre que les jeunes migrants fraichement arrivés au Québec sont beaucoup plus enclins à appliquer une interprétation stricte de la soumission de la femme dans l’espace domestique. Au contraire, les individus ayant grandi au Québec adoptent une vision plus libérale. C’est également le cas pour notre cas d’étude, où les personnes qui ont grandi en Afrique subsaharienne adoptent des positions conservatrices sur les rapports de genre. A l’inverse, Maier (2012), dans son étude des mouvements pentecôtistes nigérians à Londres, note que la présence de ces Églises peut tout à fait renforcer la domination masculine au sein du couple en milieu migratoire au sein des générations nées en Grande-Bretagne. Il est vrai également qu’au sein de Carrefour pour Christ, et bien qu’ils soient très minoritaires, certains individus ayant grandi en Suisse adoptent également une vision rigoriste de la soumission de la femme. Il convient donc d’étudier au cas par cas, en se plaçant au niveau des individus et de leurs trajectoires singulières, la question de la reproduction des normes de genre.

Les jeunes adultes : la nécessaire réinterprétation des textes religieux

Le rôle que possèdent les anciens en tant que passeurs d’un système de valeurs est particulièrement important (Van de Kamp 2012). Toutefois, certains jeunes adultes souhaitent se détacher de cette influence, au risque de se voir critiqués. C’est notamment le cas de Françoise qui, lorsque je la retrouve pour notre entretien, aborde spontanément la problématique des rapports de genre qui est, selon elle, trop peu abordée par les pasteurs. Lisant la Bible depuis son enfance à Kinshasa, Françoise s’interroge sur les relations au sein du couple, d’autant plus qu’elle subit des pressions de la part des Mamans du Carrefour pour se marier. Elle associe ce comportement des Mamans à la culture congolaise où le mariage est un rite central (Ndaya Tshiteku 2008, 119). Parmi les interrogations de Françoise, la question de la soumission de la femme constitue un élément crucial :

«J’aime beaucoup Miles Munroe. […] Il parlait de soumission, il interrogeait le sens du mot soumission. Ça veut dire tout d’abord être sous la mission. Mais si tu es avec quelqu’un qui n’a pas de mission du tout dans la vie, tu te soumets à quoi ? Tu te soumets à un homme qui a décidé qu’il était l’homme parce qu’il est biologiquement un homme ? Non. Justement, ce sont les questions que je me dis»[8].

En s’inspirant des écrits de Miles Monroe, un pasteur des Bahamas et conférencier influent dans la sphère évangélique, Françoise analyse l’étymologie du terme de soumission : pour elle, son sens premier est «sous-mission». Au sein de son futur couple, elle ne souhaite pas être astreinte à un rôle subalterne défini sur des bases biologiques, comme les anciens et les Mamans du Carrefour tentent de lui inculquer. Selon elle, c’est la «culture»[9] dont elle a hérité qui l’enferme dans ce rôle de « femme à marier » devant se soumettre à son époux. Au contraire, sa vision de la soumission est beaucoup plus libérale et le mari est dépeint comme étant lui-aussi soumis à des impératifs : il se doit d’être un homme d’objectifs, de vision. Sans objectif, elle n’envisage pas pouvoir le suivre et se soumettre à lui. Qu’est-ce qu’un «homme de vision» selon Françoise ? Il correspond à l’homme responsable dans le récit narratif pentecôtiste, c’est-à-dire celui qui se concentre sur sa famille en étant un époux fidèle, en s’impliquant dans l’éducation des enfants ainsi qu’en subvenant à leurs besoins (Brusco 2011 ; Soothill 2007).

Dans ses propos sur l’époux idéal, Françoise se détache de l’héritage culturel dont l’Église est le vecteur. Les écrits de Miles Munroe influencent sa vision plus libérale du mariage et de la hiérarchie qui existe – ou non – au sein du couple. Ils lui permettent également de sortir du caractère déterministe de «femme à marier», comme elle le souligne, femme qui resterait à la maison selon les anciennes de Carrefour. Ce témoignage recoupe celui de Sylvain, pour qui la soumission n’est finalement qu’un synonyme de respect mutuel entre époux, et la soumission un héritage culturel, en faisant référence à sa culture bakongo. Sylvain s’appuie davantage sur la fin de l’Ephésien 5: 25, texte qui fait référence à l’amour que doit porter le mari à sa femme et au fait que le mari ne doit pas être injuste avec son épouse.

Les cas de Françoise et de Sylvain témoignent du désir qu’ont certains jeunes adultes de revisiter le système de valeurs ancré parmi les anciens de Carrefour pour Christ et de l’ajuster aux conceptions et attentes plus progressistes qu’ils développent. Leurs propos s’appuient sur une reprise et une réinterprétation des textes religieux de référence, au sein de l’Église, sur les rapports entre époux. Mais ce désir de prendre de la distance avec des pratiques culturellement héritées que les anciens promeuvent toujours n’est pas constant. Ainsi, Van de Kamp (2012, 446) remarque que les jeunes femmes pentecôtistes de Maputo qui fréquentent des églises Afro-brésiliennes sont souvent en quête de retour à des traditions culturelles oubliées, là où leurs aînées voyaient ou voient encore dans l’Église un moyen de trouver un mari progressiste. Ces visions différentes de ce que sont ou doivent être les rapports de genre s’appuient sur une relecture des textes religieux fondamentaux qui sont interprétés selon les besoins afin de faire coïncider pratiques et croyances.

Conclusion

Dans cet essai, je souligne la différence d’appropriation de la notion et de la pratique de soumission féminine au sein du couple chez les pentecôtistes de Carrefour pour Christ. Cette différence est particulièrement marquée entre les deux générations principales qui fréquentent l’Église, à savoir les anciens et les jeunes adultes. Les anciens ont une vision particulièrement rigoriste des rapports de genre qu’ils ont incorporée au sein les sociétés africaines où ils sont nés et ont passé leur jeunesse. A l’inverse, les jeunes adultes qui ont grandi en Suisse adoptent des pratiques de couple, ou tout du moins développent des attentes, marquées par la recherche d’une plus grande égalité de rôle et de statut entre les époux. Selon certains interviewés, le mari et la femme sont tous les deux des leaders, mais l’un, l’homme, le serait davantage dans l’espace public tandis que l’autre, la femme, le serait dans l’espace privé. La représentation des responsabilités qui incombent à l’époux diffèrent aussi selon les générations. Ainsi, pour les anciens, l’homme n’a rien à craindre s’il ne remplit pas ses responsabilités, tandis que pour les jeunes adultes, l’époux se doit de tenir le rôle qui est attendu de lui. La notion d’homme de vision, d’objectifs, subsume les attentes des jeunes femmes d’aujourd’hui à l’égard du mari idéal, celui dont la position dominante n’est pas acquise mais reconnue, si ce n’est octroyée, par l’épouse.

Cette différence d’interprétation religieuse entre les générations reflète un enjeu plus global de la quatrième vague pentecôtiste. Comment vont s’opérer les changements générationnels de pasteurs dans la mouvance pentecôtiste africaine en Suisse ? En effet, la première génération des pasteurs pentecôtistes africains en Suisse date désormais d’il y a plus de 30 ans. La nouvelle génération de fidèles a grandi en Suisse et s’est en partie appropriée les normes en place. Les pasteurs qui prendront bientôt la suite feront peut-être la promotion de nouvelles thématiques ou de nouvelles interprétations religieuses. On peut donc penser que les rapports de force générationnels entraîneront des changements de leadership au sein des Églises pentecôtistes africaines, lesquels auront en particulier des effets sur les façons de concevoir et de promouvoir les rapports de genre au sein de la famille.


Sitographie

Carrefour pour Christ, août 2012. «Présentation de la Vision de Carrefour pour Christ, Par : Apôtre Robinson», vidéo YouTube, 23 février 2017. https://www.youtube.com/watch?v=5ftPscoD5sg.

Bibliographie

Bagalwa-Mapatano, Jules. 2005. « La micro diaspora congolaise-zaïroise en Suisse : flux et socio-histoire d’une présence 1980-2002. » In Suisse-Afrique (18e-20e siècles) : De la traite des Noirs à la fin du régime de l’apartheid, Sandra Bott, Thomas David, Claude Lützelschwab et  Janick Marina Schaufelbuehl, 267-285. Münster : Lit Verlag.

Ben Salah, Hakim, Boris Wernli, et Caroline Henchoz. 2017. « Les nouvelles masculinités en Suisse : une approche par l’idéologie de genre et la répartition du travail rémunéré et non rémunéré au sein des couples.é Enfances Familles Générations. Revue interdisciplinaire sur la famille contemporaine, no. 26. http://journals.openedition.org/efg/1315.

Biaya, Tshikala Kayembe. 1992. « Femmes, possession et christianisme au Zaïre : analyse diachronique des productions et pratiques de la spiritualité chrétienne africaine ». Thèse de doctorat, Université Laval. http://hdl.handle.net/20.500.11794/28968.

Brusco, Elizabeth E. 2011. The Reformation of Machismo: Evangelical Conversion and Gender in Colombia. Austin, TX : The University of Texas Press.

Burchardt, Marian. 2018. « Saved from hegemonic masculinity? Charismatic Christianity and men’s responsibilization in South Africa ». Current Sociology 66 (1) : 110-127. https://doi.org/10.1177/0011392117702429

Corten, André et André Mary (dir.). 2000. Imaginaires politiques et pentecôtismes : Afrique. Paris : Karthala.

Corten, André et Ruth Marshall-Fratani. 2011. Between Babel and Pentecost : Transnational Pentecostalism in Africa and Latin America. Indiana University Press.

Deacon, Gregory, and Damaris Parsitau. 2017. « Empowered to Submit: Pentecostal Women in Nairobi ». Journal of Religion and Society, no. 19 : 1-17. http://hdl.handle.net/10504/109164.

Gabaitse, Rosinah Mmannana. 2020. « “A New Man in Christ?”: Pentecostalism and the Construction of Masculinities ». Genders, Sexualities, and Spiritualities in African Pentecostalism, édité par Kaunda J. Chammah, 67-80. Palgrave Macmillan.

Hefner, Robert W. 1993. Conversion to ChristianityHistorical and Anthropological Perspectives on a Great Transformation. Berkeley, New York, Oxford et Londres : University of California Press.

Kalu, Ogbu. 2008. African Pentecostalism: An Introduction. Oxford : Oxford University Press.

Mate, Rekopantswe. 2002. « Wombs as God’s Laboratories: Pentecostal Discourses of Femininity in Zimbabwe ». Africa 72 (4) : 549-568. https://doi.org/10.3366/afr.2002.72.4.549

Maier, Katrin Dorothee. 2012. « Redeeming London: Gender, Self and Mobility among Nigerian Pentecostals ». Thèse de doctorat. University of Sussex. http://sro.sussex.ac.uk/id/eprint/43345/.

Maskens, Maïté. 2015. « The Pentecostal Reworking of Male Identities in Brussels: Producing Moral Masculinities. » Etnográfica. Revista do Centro em Rede de Investigação em Antropologia 19 (2) : 323-345. https://doi.org/10.4000/etnografica.4020.

Mossière, Géraldine. 2014. « Juggling Multiple Identities to Overcome Minority Status: Young Congolese Pentecostals in Montreal (Québec) ». The Public Face of African New Religious Movements in Diaspora: Imagining the Religious ‘Other’, édité par Afe Adogame, 147-162. Farnham, Ashgate Publishers.

Ndaya Tshiteku, Julie. 2008. « ‘Prendre le bic’: Le Combat Spirituel congolais et les transformations sociales ». Thèse de doctorat, Université de Leiden. http://hdl.handle.net/1765/10895.

Parsitau, Damaris, and Adriaan van Klinken. 2018. « Pentecostal Intimacies: Women and Intimate Citizenship in the Ministry of Repentance and Holiness in Kenya ». Citizenship Studies 22 (6) : 586-602. https://doi.org/10.1080/13621025.2018.1494903 ; https://eprints.whiterose.ac.uk/129900/.

Pasura, Dominic. 2010. « Regendering the Zimbabwean Diaspora in Britain. » In Zimbabwe’s Exodus: Crisis, Migration, Survival, édité par Jonathan Crush et Daniel S. Tevera, 205-224. Cape Town : Southern Africa Migration Programme, CRDI.

Rey, Jeanne. 2019. Migration africaine et pentecôtisme en Suisse : Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités. Pais : Karthala.

Scott, Joan et Éléni Varikas. 1988. « Genre : une catégorie utile d’analyse historique ». Les cahiers du Grif 37 (1) : 125-153. https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1988_num_37_1_1759

Soothill, Jane E. 2007. Gender, Social Change and Spiritual Power: Charismatic Christianity in Ghana. Leiden, Boston : Brill. https://doi.org/10.1163/ej.9789004157897.i-264.2.

Toulabor, Comi. 2012. « The “Nana Benz” of Lomé ». Afrique contemporaine 244 (4) : 69-80. https://doi.org/10.3917/afco.244.0069

Van de Kamp, Linda. 2012. « Afro-Brazilian Pentecostal re-formations of relationships across two generations of Mozambican women. » Journal of Religion in Africa 42 (4) : 433-452. https://doi.org/10.1163/15700666-12341240.

Van Dijk, Rijk Adrianus. 1992. Young Malawian Puritans: Young Born-again Preachers in a Present-Day African Urban Environment. Utrecht : ISOR.

 Klinken, Adriaan S. 2011. « Male Headship as Male Agency: An Alternative Understanding of a ‘Patriarchal’ African Pentecostal Discourse on Masculinity ». Religion and Gender 1 (1) : 104-124. https://doi.org/10.1163/18785417-00101006.


Notes

[1] Diplômé d’un Master en Études Africaines de l’Université de Genève (Suisse), je travaille sur les enjeux liés aux représentations de genre dans le pentecôtisme africain et dans les mouvements agroécologiques au Kenya.

[2] Cet article prend appui sur une collecte de matériaux d’enquête menée entre octobre et décembre 2020 à Carrefour pour Christ dans le Canton de Vaud (Suisse), au moment où la crise sanitaire liée au COVID-19 était virulente. Empêché d’observer les interactions au sein de l’église, mes techniques d’enquête reposent essentiellement sur des entretiens semi-directifs et une analyse des cultes retransmis sur la chaîne officielle de Carrefour pour Christ : https://www.youtube.com/watch?v=5ftPscoD5sg

[3] Carrefour pour Christ, chaine YouTube : https://www.youtube.com/user/carrefourpourchrist.

[4] Cette citation a été traduite par mes soins, comme toutes les autres issues d’articles publiés en anglais.

[5] Entretien mené avec Maryline, 7 novembre 2020.

[6] Entretien mené avec l’Apôtre Robinson, 21 novembre 2020.

[7] Les Mamans et les Papas forment la catégorie des « anciens », à savoir la première génération de fidèles de l’Église, alors que les jeunes adultes constituent la seconde génération.

[8] Entretien mené avec Françoise, 30 novembre 2020.

[9] Ibid.


Maxence Couche Franquet

University of Geneva | UNIGE · Global Studies Institute

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search